Les ondes électromagnétiques et le rapport de l'ANSES : des réactions violentes

Cette information ne vous a probablement pas échappée : le rapport de l'ANSES à propos des ondes électromagnétiques a été dévoilé et indique qu'elles ne sont pas dangereuses. Les réactions sur la toile ont été nombreuses et, bien évidemment, le débat fait rage entre ceux qui croient aux dangers de ces ondes contre ceux qui n'y croient pas.

Les ondes électromagnétiques et le rapport de l'ANSES : des réactions violentes

Faut-il croire aux dangers des ondes électromagnétiques ?

Les électrosensibles et leurs détracteurs ont vraiment du mal à se mettre de d'accord. De nombreuses réactions pointent du doigt le fait que l' ANSES est claire dans ses propos en stipulant que ce point "ne met pas en évidence d'effet sanitaire avéré". D'autres soulignent que ce rapport oublie aussi quelques axes inquiétants, que les détracteurs se gardent bien d'aborder.

Une entente impossible entre ces deux communautés parait évidente :

  • Les électrosensibles ne souhaitent plus être exposés - ou beaucoup moins - et demandent à l'état et aux grand groupes de réagir en conséquence.
  • Les détracteurs ne voient aucun problème à ces ondes et accusent violemment les électrosensibles de manipulation.

Et si on trouvait un juste milieu ?

En fait, les internautes qui ne prennent pas la parole sont finalement ceux qui ne donnent raison ni aux électrosensibles, ni à leurs détracteurs.  Et pour cause : il est à l'heure actuelle impossible de savoir lequel des deux fait fausse route.

Si le rapport n'évoque aucun danger sanitaire grave, il souligne toutefois la possible apparition de modifications biologiques sur le corps, une augmentation de risque de tumeur cérébrale pour les gros utilisateurs. L'ANSES en profite pour rappeler les parents à l'ordre : ne laissez pas vos enfants utiliser le téléphone portable à l'oreille, leur cerveau étant moins protégé.

En toute neutralité, et pour se parer face à toutes hypothèses, la solution la plus sage reste donc d'appliquer le principe de précaution (tant décrié par les plus concernés).

Aujourd'hui, nous pouvons nous permettre de trouver des protections contre les ondes électromagnétiques simples, peu coûteuses et efficaces dans l'habitat. Alors pourquoi s'en priver ?